Du vent dans les branches de Sassafras

de René De Obaldia de l'Académie Française

Création 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en scène : Céline Sorin

Interprète(s) : Grégory Benoît, Samir Dib, François Juillard,

David Marchetto, Anne Mino, Yannick Rosset, Céline Sorin

Assistant à la mise en scène : Yannick Rosset

Musique : Samir Dib

Scénographie : Daniel Martin

Costumes : Marie-Ange Soresina

Création lumières : Arnaud Viala

Maquillage, Perruques : Johannita Mutter

Régie : Alexandre Niollet

 

 

Production Théâtre Fox Compagnie

Coproduction Château Rouge (Annemasse) et L’Esplanade du Lac (Divonne les Bains).

 

 

 

 

Bienvenue dans le grand ouest !

Une famille de colons, les Rockfeller, aïeux encore miséreux des manias du pétrole, tente de survivre dans ce nouveau monde: misère, choc des générations, des cultures… mais un événement va bouleverser leur vie, le ranch est encerclé par les indiens, l’attaque est imminente, ils sont des centaines, eux ne sont que cinq...Leurs chances de survie sont bien minces , à moins que…

            C’est un western burlesque que nous propose ici René de Obaldia; cette pièce délirante joue avec humour des clichés du Far-West , nous offrant un hommage drôle et touchant au cinéma de notre enfance.

 

 

 

 

          La base de notre travail est l'hommage au cinéma, décrypter tous les rouages d'un bon film et les poser sur un plateau.

L’action se passant dans un lieu unique et clos (la maison des Rockfeller), il faut donner du mouvement, aiguiser l’angle de vue des spectateurs . Nous avons opté, avec notre Scénographe Daniel Martin, pour un décor mobile, sur roulettes, comme des éléments de décor, rappelant ces façades de saloon de cinéma, à Cinnecitta, ou ailleurs... Il s’agit de 2 blocs totalement indépendants de 2m 60 de haut et un plus petit, qui, réunis, symbolisent l’intérieur ou l’extérieur suivant nos besoins. Ils ne sont pas représentatifs d'une maison de l'époque, nous avons voulu nous éloigner du réalisme, on est plus près des façades dans les tableaux de « Hooper », où l’intérieur et l’extérieur se distinguent à peine. Ces éléments nous permettent d'isoler des scènes, de faire des gros plans, des travellings, des ellipses...

Pour accentuer l'anachronisme très présent dans le texte, nous avons gardé une base de Western dans les costumes, mais nous l’avons modernisé, mélangeant les styles et nous inspirants de films aussi divers que Wild Wild West, Tournée, Lucky luke, Rango, Sleepy allow... afin de créer notre propre western.

 Nous avons décidé, avec notre costumière Marie- Ange Soresina, de travailler tous les personnages de la maison en sépia et poussière, comme un portrait de famille vivant, un univers clos, les personnages venus du dehors sont, eux, porteurs de couleurs, ramenant ainsi la vie et le changement au sein de cette cellule familiale.

 

 

 

   PRESSE

 

 

Très cartoon cette mise en scène nous ravit par son hommage au cinéma réussi, ses gueules, son rythme, ses décors et enchainements ingénieux. Suspens et rebondissements…On est pris jusqu’ au bout : chouette spectacle !

                                                                                                 

                                                                                                           La Provence- Juillet 2012

 

 

Mieux vaut réserver sa place pour la séance de cinéma, pardon, de théâtre, de la Fox Compagnie ! Qui affiche complet dès ce début de festival….Scènes courtes qui se succèdent à un rythme effréné…Le ton est au burlesque, l’histoire étant parcourue de personnages hauts en couleurs dont les préoccupations sont en total décalage avec la situation périlleuse…Résultat un spectacle grand public, complément idéal d’ un programme plus exigeant de festivalier, histoire de se détendre les neurones.

                                                                                                            Barouf Magazine- Juillet 2012

 

... habillé dans des costumes d’une grande classe par Marie-Ange Soresina  et installé dans le décor magistral à transformation de Daniel Martin...
 La mise en scène au rythme exemplaire et la direction d’acteurs sont d’une grande intelligence,  et Céline Sorin a donné à la bande-son de Samir Dib, une place  essentielle qui accompagne le jeu des comédiens avec une rare efficacité. C’est, comment dire les choses,  une  mise en scène théâtrale au second degré, voire au troisième, d’une sorte de film burlesque à souhait, mais tout en subtilités... il y a des images d’une grande beauté, qui font parfois penser à celle qu’inventait le grand Tadeusz Kantor, comme cette scène où toute la famille regarde derrière une fenêtre. Ne rougissez pas de bonheur pour cette comparaison, Céline Sorin: on n’en rajoute pas… C’est la stricte vérité, même si les genres en sont pas les mêmes!
    Obaldia, avait été monté par Vilar.  Et il aurait sans doute bien aimé ce Vent dans les branches de sassafras. Bref, allez-y sans faire la fine bouche: c’est  le genre de  spectacle, intelligent et vraiment drôle.

                                

                                                                               Philippe du Vignal, Théâtre en Blog, Juillet 2012

 

 

DATES

 

Du 12 au 29 Janvier 2012 - Annemasse - Château - Rouge (Théâtre Michel Servet)

Du 6 au 29 Juillet 2012 - Festival d' Avignon Off - La Lunaa

Le 31 Janvier 2013- Divonne-les-Bains - L' Esplanade du Lac

Le 12 Août 2013- Monaco - Fort Antoine

Du 30 au 31 Octobre 2013 - Tournon-sur-Rhône - Ciné-Théâtre

Le 5 Novembre 2013 - Saint-Raphaël - Le Forum

Le 12 Novembre 2013 - Morteau - Théâtre Municipal

Les 14 et 18 Octobre 2014 - Boëge - L' EntracteThéâtre

 

 

© 2019 FOX Cie
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus