Création 2008

 

LE MEDECIN MALGRE LUI

           

DE MOLIERE

 

 

Co-production : Château Rouge,  Théâtre des marionnettes de Genève, Fox Compagnie, Théâtre de l’Esplanade du Lac à Divonne les Bains .

Soutiens:  Ville d’Annemasse (74),  Conseil Général de Haute Savoie, Assemblée des Pays de Savoie – Belvédère des Alpes,

Conseil Régional Rhône-Alpes

 

 

 

RESUME :

 

           Martine et Sganarelle  se disputent au début de l'acte I, et le mari finit par rosser sa femme, qui décide de se venger. Arrivent Lucas et Valère,  en quête d'un médecin pour Lucinde, la fille de Géronte, qui a perdu l'usage de la parole, et ne peut pas se marier. Aubaine pour Martine ! Elle tient sa vengeance. Ils cherchent un médecin ? Très bien, Sganarelle en est un, le meilleur sans nul doute !! Elle ajoute qu’il a besoin d'être battu pour reconnaître ses talents. Ravis d'avoir enfin trouvé l'homme de la situation, Lucas et Valère vont voir Sganarelle, qui s'étonne, comme prévu, et se retrouve roué de coups. Notre pauvre Sganarelle se voit contraint d'aller auprès de Géronte et de sa fille. Non content de jouer les médecins incompétents, voilà qu'il courtise la nourrice de Géronte, Jacqueline, et lui touche les seins, sous prétexte de l'examiner ! A cette farce, s'ajoute une intrigue amoureuse, qui va dominer le troisième acte. Car Lucinde, feint d'être malade : en vérité, elle s'oppose au mariage imposé par son père, et n'a d'yeux que pour Léandre.  Nos deux tourtereaux pourront-ils enfin se marier ? Que deviendra notre faux médecin ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOTE DE MISE EN SCENE :

 

            La question est d’abord de savoir si cette pièce est obsolète ; la médecine, à l’heure actuelle, n’est plus guère un sujet de plaisanterie, quoiqu’il y aurait peut-être encore beaucoup à dire.

Pourtant, la pièce continue à nous intéresser et à faire rire.

De quoi rions-nous ?

Nous rions  de voir une fille tromper son  père en feignant d’être muette, de voir la ruse triompher de l’autoritarisme et de la sottise ; ce n’est pas une situation obsolète ; dans bien des pays et même dans le nôtre, les femmes doivent ruser pour survivre. Nous rions aussi de la paillardise de Sganarelle.

C’est une pièce sur les charlatans et sur la crédulité ; en cela elle est toujours d’actualité ; il suffit de voir la prolifération des sectes et des gourous.

Avant tout, il s’agit d’une farce qui permet à Molière de dénoncer les travers de la société par le rire ; les coups de bâton sont du ressort de la farce et même du guignol. Le langage savoureux et paillard va dans le même sens.

C’est pourquoi, nous avons souhaité en faire un spectacle de marionnettes ; en réalité, ce sont les comédiens qui deviennent des marionnettes ; le visage des comédiens avec des masques  et un petit corps de marionnette. Ce choix nous donne davantage de souplesse et de liberté pour aller dans le sens de la farce et de la commédia dell’arte, mais aussi dans le sens de la modernité de la pièce.

La marionnette, c’est aussi une métaphore ; dans le monde actuel, ne sommes-nous pas tous plus ou moins manipulés ?

 


LA PRESSE

 

Une réussite totale, de quoi faire aimer Molière au plus grincheux. La compagnie Fox propose un dispositif scénique inventif, entre le Guignol et le théâtre de masque… d’une richesse visuelle surprenante, d'une fantaisie qui s’accordent bien avec la truculence du verbe de Molière. Farce virtuose sur le thème de la manipulation et de la crédulité, Le Médecin malgré lui se refait une nouvelle jeunesse. N’y allez pas, courez-y !

                                                                                                Rue du Théâtre (Coup de cœur du Off 2008)

 

Un tourbillon de folie, de drôlerie. Un vrai régal à voir.

                                                                                                 Le Dauphiné libéré.

 

L'idée lumineuse est d'avoir confié les rôles à des acteurs "marionnettisés". Le résultat est désopilant. Et comme la mise en scène est soignée et le jeu des acteurs irréprochable, le texte de Molière en ressort dynamisé.                                        

                                                                                                  Tribune de Genève

 

                                       

Une farce animée,  qui file de subterfuges en rebondissements. Un rythme et une folie que la Fox Cie entretient avec talent. 

                                                                                                   Le Temps

 

 

 

© 2019 FOX Cie
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus